CHOUALA BAYAYA HAIDARA SERMONNE LES MILITAIRES

Il est de notoriété publique que le prêcheur Chouala Bayaya Haïara en veut déjà à tous ceux qui ont pris part à la chute du régime d’IBK. Après sa sortie contre l’imam Dicko, les militaires aux affaires viennent d’être la cible de ses critiques. Le prêcheur a profité de la tribune du lancement du MOREMA de Kassoum Tapo pour lancer des piques au pouvoir actuel. Le jeune leader religieux, estime qu’on doit tenir le langage de la vérité aux militaires qui se permettent d’arrêter ou d’intimider ceux qui critiquent leurs actions.

« Chaque fois qu’il s’agit du Mali, de la patrie, lorsqu’on me fait appel je réponds », a indiqué le prêcheur. Mais il s’attaque très vite aux militaires à cause de leur entêtement à garder en prison des détenus politiques dont rien ne justifie l’isolement. «Je m’adresse à Bah Ndaw, celui en qui les Maliens ont fait confiance… Il faut qu’il libère les gens qui sont en prison, parce qu’ils n’ont rien fait. Je parle de Ras Bath, que je connais parmi les personnalités arrêtées, ainsi que d’autres cadres», a affirmé le prêcheur.

Selon Chouala Bayaya, le temps des coups d’Etat est bien révolu dans le monde mais c’est le Mali qui est à la traine à cause des militaires accrochés au pouvoir. Prenant l’exemple sur l’échec du cas de la dernière tentative de coup d’Etat au Niger voisin, il a rappelé que les militaires maliens doivent se mettre au niveau du monde civilisé en se débarrassant des mauvaises habitudes consistant à intervenir dans la gestion politique du pays et en arrêtant les voix dissonantes.

La sortie de Chouala contre les militaires entre dans une stratégie de positionnement depuis la chute du pouvoir d’IBK. Le prêcheur en question avait refusé de se joindre au mouvement de contestation du régime d’IBK entre juin et août 2020 après l’organisation d’élections législatives controversées. Depuis la chute d’IBK, il ne rate aucune occasion pour en découdre avec les tombeurs du régime. Il en veut notamment au religieux Mahmoud Dicko, l’une des figures de la contestation du pouvoir déchu par les militaires.

Quelques années plus tôt, Chouala Bayaya Haïdara était parmi les opposants au régime d’IBK. Il a particulièrement milité au sein du mouvement de contestation « An tè a bana », un collectif qui s’est opposé à la révision de la Constitution de 1992 à travers un référendum qui n’a pas pu se tenir. Aujourd’hui, il s’agit pour le leader religieux de défendre la cause défendue par le mouvement lancé par Me. Kassoum Tapo pour une transition moins chaotique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :