USURPATION DE TITRE: Les honorables non élus du CNT.

Les membres du Conseil national de transition (CNT) se prennent pour des députés en usant des titres et avantages accordés à ces derniers. Malgré l’Arrêt n°2020-07/CC du 18 décembre 2020 de la Cour constitutionnelle expliquant qu’ils ne sont pas des élus nationaux , rien n’a changé. Ainsi, c’est avec plaisir que les membres du CNT se font appeler députés par de nombreux citoyens.

L’arrêt de la Cour constitutionnelle visait à éviter amalgames qui pourraient déboucher sur des dérapages de rôle. Si les membres du CNT ont compris qu’ils ne doivent pas être considérés comme des députés, ils ont par contre voulu être traités avec les mêmes honneurs accordés aux élus parlementaires.

En plus de la confusion des titres, il y a la confusion des avantages. Les Conseillers bénéficient en effet des émoluments accordés aux députés. Le président du CNT perçoit les mêmes émoluments que les présidents élus de l’Assemblée nationale. Mieux, il a une caisse noire, un fonds de souveraineté à hauteur de plusieurs milliards de nos francs comme s’il avait été mandaté par le peuple malien.

Or, on sait comment le choix des membres du CNT a été fait en violation flagrante des textes que Assimi Goïta garantit par sa signature. En effet, le décret de nomination des et l’arrêté fixant les modalités de désignation des  » députés nommés  » ont été foulés aux pieds. On a plutôt assisté à la désignation des amis et proches des membres du Comité national pour le salut du peuple(CNSP).

Donc, contrairement aux députés qui sont choisis par la population à l’issue d’un processus électoral, les membres du CNT ne sont pas l’émanation du peuple. Ils sont entrés par effraction sur la scène politique en brisant toutes les règles de bonne conduite démocratique.

SOUMAILA DIARRA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :