CYBERCRIMINALITE: LA JET-SETTEUSE DIABA SORA ET L’ANCIEN MINISTRE LAMINE S. TRAORE DANS LES MAILLES DE LA JUSTICE

Une Double Auto-saisine, le Procureur de la Commune IV, Idrissa Hamidou TOURE entend sévir !

Outre le coup de force de la junte à Kati, l’actualité nationale a été marquée également au même moment par deux dossiers judiciaires phares, voire inédits : celui de la jet-setteuse Diaba SORA sous le coup d’un mandat de dépôt pour « injures publiques » et celui de l’ancien ministre des mines, l’énergie et de l’eau, M. Lamine Seydou TRAORE, où une enquête préliminaire est ouverte à son encontre pour « violation du secret professionnel et mise à la connaissance du public ou divulgation de renseignement ou de document couvert par le secret professionnel.»

Deux symboles qui ne passent pas inaperçus. Pour le cas Diaba SORA, une citoyenne, certes, mais qui défraie la chronique sur les médias sociaux, notamment avec ses images qui mettent en valeur soit sa beauté, soit sa richesse ou parfois ses frasques quand elle règle des comptes à ses détracteurs. C’est justement dans ce dernier cas de figure où l’on entend Diaba SORA sur un élément audio en train d’insulter grossièrement un(e) détracteur(trice).

Hier encore, elle était détenue au commissariat de police du 05è arrondissement en attendant son transfert à la prison des femmes de Bollé, un transfèrement retardé par la grève des surveillants de prison.

Quant à l’ancien ministre de l’énergie, des mines et de l’eau, M. Lamine Seydou TRAORE, une personnalité de l’Etat qui tient une conversation téléphonique avec un nommé DIABATE, qui explique avoir agi à la demande du secrétaire général de la Présidence de la république. Dans ladite conversation, on entend l’ancien ministre défendre ses caractères « républicain » et « légaliste » en refusant de signer un document, suite à une instruction donnée par M. DIABATE à la demande de l’ancien premier ministre, M. Moctar OUANE. Ledit document qui n’est pas moins un arrêté d’abrogation du permis de recherche d’or de la société Little Big Mining à Manakoto (cercle de Kéniéba).

L’ex ministre explique en outre son refus de signer le document, par le fait qu’il n’est plus en fonction avec la dissolution du Gouvernement. Une enquête est ouverte à son encontre.

UNE DOUBLE AUTO SAISINE : UNE VOLONTE D’ASSAINIR

Au parquet du tribunal de grande instance (TGI) de la commune IV, le Procureur de la République, M. Idrissa Hamidou TOURE, a d’abord confirmé une auto saisine pour ces deux affaires. Autrement dit, contrairement aux cas généraux habituels, où c’est une victime qui porte plainte, ici c’est le Procureur de la République lui-même qui prend l’initiative d’agir pour enclencher une action judiciaire contre l’auteur d’une infraction. A la question de savoir ce qui a motivé cette double auto-saisine en moins d’une semaine, le Procureur de la République du TGI de la commune IV, M. Idrissa Hamidou TOURE a expliqué cette auto-saisine en faisant d’abord une mise au point.

Dans le cas d’une infraction d’injures publiques dans le domaine couvert par le régime général de la presse et délits de presse (loi N°046 du 07 juillet 2000), il appartient à la victime de porter plainte ou pas, contre l’auteur de l’infraction, le procureur de la république ne peut s’autosaisir. Par contre, précise-t-il, dans le domaine de la cybercriminalité, régi par la loi N°2019-056 du 05 décembre 2019 portant répression de la cybercriminalité, le Procureur de la République peut s’auto-saisir. Selon M. TOURE, ces auto-saisines manifestent d’abord une volonté de sa part de protéger non seulement l’ordre public, mais aussi et surtout de faire passer un message pédagogique auprès des internautes que l’espace d’internet n’est pas synonyme de la jungle où chacun agit impunément à sa guise ou selon la loi du talion « œil pour œil, dent pour dent ». Au contraire c’est un espace régit par des textes où « la liberté de chacun s’arrête là où commence celle des autres. »

Bakary TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :