DECHETS PLASTIQUES : LA SOLUTION DU RECYCLAGE

La gestion des déchets plastiques reste un grand défi environnemental. La ville de Bamako à elle seule, produit plus de 17 000 tonnes de déchets plastiques par an.

En effet, l’absence de collecte organisée entraîne l’apparition de décharges sauvages au Mali. La même situation prévaut dans de nombreuses villes des pays en développement.

Les déchets sont omniprésents dans l’environnement urbain et périurbain. Ils jonchent les rues, s’entassent dans les caniveaux, submergent les rivières, et zones agricoles etc avec comme conséquences directes, les pollutions, les inondations et le développement des maladies.

Pour résorber ce phénomène, les autorités compétentes ont consenti beaucoup d’efforts. L’une des solutions mises en œuvre est la création des Groupements d’intérêts Economiques (GIE) pour le ramassage des déchets. Mais seul, le recyclage peut être une solution idoine et lutter efficacement contre ce fléau. Il peut aider à faire baisser les quantités de déchets à éliminer par enfouissement et par incinération.

Le recyclage des déchets plastiques est une activité économique à part entière. Ils sont nombreux ces récupérateurs de déchets qui parcourent les rues et les sites de dépôts pour ramasser des déchets plastiques qui seront triés, lavés, broyés et recyclés dans des entreprises de recyclage nationales ou exportés vers les pays voisins.

Le recyclage des déchets plastiques constitue donc un moyen de création de richesses pour les entreprises de ce secteur et participe à la lutte contre la pauvreté en milieu urbain, car leur ramassage est généralement pratiqué par des individus venant des milieux démunis ou des quartiers pauvres. Les bénéfices économiques et environnementaux générés par cette activité sont considérables.

En plus de l’assainissement et la protection de l’environnement, le recyclage des déchets plastiques crée des emplois pour des jeunes désœuvrés : ils récupèrent et vendent des sacs plastiques usés. Ainsi donc, la vente des objets destinés au recyclage est devenue un business florissant pour un bon nombre de personnes à Bamako : du ramassage jusqu’à l’acheminement vers l’usine de transformation.
Afin de rentabiliser les déchets plastiques, certains particuliers se sont spécialisés dans le recyclage et la transformation. Ils ont créé des centres de recyclage et de transformation des déchets plastiques en objets d’art ou en objets à usages domestiques comme les éventails, paniers, vans, sous-plats, etc.

Parmi ces entreprises de recyclage, on peut citer Delta plaste, Sigma, plastima, Debo Golobe. Ces centres recrutent et forment des jeunes à la transformation des déchets plastiques en pavés, combustibles etc.

Mr Sounkalo Sanogo dirige une unité artisanale de confection de pavés à partir de déchet plastiques. L’activité consiste à fondre le plastique de récupération. La pâte qui en découle est mélangée au sable fin. Il en résulte une sorte de goudron qui sera versé encore chaud dans un moule spécial. Le liquide refroidi donne un bloc de pavé. Le produit fini est proposé aux consommateurs et il en existe de toutes les formes et de toutes les tailles.

Les déchets plastiques recyclés peuvent aussi être utilisés comme combustibles dans la cuisson. Une quantité de 20 kilogrammes de déchets plastiques fondus génère 5 kilos de plastiques combustibles.

Mme Mariko Fatoumata Diallo est la promotrice du centre de recyclage des déchets plastiques « Debo Golobé » (femme travailleuse en langue peulh).
Crée en 1997, le centre est spécialisé dans la collecte et la transformation des déchets plastiques et emploie plus d’une trentaine de jeunes. A partir des déchets recyclés, le centre confectionne des objets d’arts, des gadgets et autres objets courants comme des éventails, paniers, vans, sous-plats, boites à bijoux, etc. Outre la production, « Debo Golobe » assure la formation des jeunes dans les techniques de collecte et de tri des déchets.

« En plus du recyclage, le centre « Debo Golobe » a également une vocation sociale et écologique » nous indique Mme Mariko, fièrement installée entre les filles du centre en plein travail manuel. Les revenus générés par la vente des produits aident les employées à faire face aux petites dépenses et à réaliser des épargnes. Depuis sa création, le centre a participé à plusieurs foires et salons d’exposition d’art au Mali et dans sous-région.

La gestion des déchets plastiques est une question importante qui interpelle tout un chacun dans la mesure où notre cadre de vie est envahi par ces derniers. Si on arrive à les donner une valeur marchande, alors ils disparaîtront dans la nature pour créer des emplois et améliorer les conditions de vie des populations.

Aïssata TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :