Chute de Bah N’daw : Le M5 pris à son propre piège

Sollicité pour proposer un Premier ministre, le mouvement M5 RFP est resté silencieux sur le coup d’Etat du 24 mai contre Bah Ndaw, le Président démis de la transition. Incapables de s’entendre sur la marche à suivre, les membres du M5 ont été réduit à des condamnations personnelles d’un crime décisif qui puisse exister contre la démocratie. C’est ainsi que l’on a entendu Madame Sy Kadiatou Sow du mouvement Anw ko Mali condamner avec fermeté le « coup d’Etat bis  » post IBK.

Cela aurait pu se faire dans le cadre d’une déclaration commune du M5 RFP après le renversement, bien que les membres du mouvement ont eu à faire plusieurs réunions. D’abord, avec les auteurs du coup d’Etat dans la plus grande discrétion vu que la Primature est en jeu. Lors de cette rencontre, des sources fiables indiquent qu’il a été demandé au M5 de proposer le nom du PM parmi les personnalités issues de ses rangs.

Modibo Sidibé, le président des FARE An Ka Wuli a aussi condamné le coup de force dans la foulée de la publication du communiqué de Sy Kadiatou Sow. Membre influent du M5, l’ancien Premier Ministre sous ATT n’a pas voulu se conformer à l’attitude générale du M5 RFP. Ces condamnations isolées de la part des mouvements formant le M5 RFP prouvent que les acteurs de la contestation du pouvoir d’IBK ne s’entendent pas depuis que la junte a miroité la Primature.

Finalement , le M5 a accepté de donner le nom d’un Premier ministre aux militaires qui ont renversé le pouvoir de Bah N’daw. Mais là où les choses se compliquent pour l’actuel mouvement d’opposition, c’est que ses leaders avaient mis la pression sur le Président remercié à Kati , afin qu’il « rectifie » la transition qui était mal partie à leurs yeux. Ils avaient notamment exigé que la réalité du pouvoir ne soit pas détenue par les militaires. C’était une de leurs exigences pour entrer dans le second gouvernement de Moctar Ouane.

La formation de ce gouvernement a tout chamboulé, puisque la mise à l’écart des militaires que le M5 avait voulu a tourné au drame. Le retrait de deux militaires, les colonels Sadio Camara et Modibo Koné, a mis le feu aux poudres. Le résultat fut la séquestration à Kati, ce qui a renforcé les pouvoir des militaires. Le M5 qui voulait que la réalité du pouvoir ne soit pas détenue par les militaires est tenté par le poste de Premier ministre. Pris à son propre piège, Choguel Maïga, le principal animateur du M5, devra avoir plus que du talent s’il venait à accepter l’offre des militaires d’être le Premier ministre.

Hélàs , lors de l’Assemblée Générale qui suivra , par la voix de l’éternel Bittar , le président du MPR sera validé. C’est bien Choguel Maiga qui sera le dauphin de Moctar Ouane. Ce qui reste finalement surprenant :-Que l’ex porte parole du gouverment sous IBK accepte d’être PM d’un militaire putschiste, ce qui est contraire à ses propres principes. Aussi il devra travailler avec le CNT dont il a toujours demandé la dissolution.

Au bout du compte la question que l’on se pose est : le M5 aurait-il abandonné ses propres principes ?

SOUMAILA DIARRA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :