DÉFENSE : Fin de mission actée pour Barkhane

Ainsi , les 5000 soldats français déployés au Sahel pour lutter contre le djihadisme vont plier bagage. Telle est la conclusion du Conseil de défense à Paris tenu mercredi dernier.

Emmanuel Macron l’avait dit, cest désormais chose faite : il a acté la fin de l’opération antidjihadiste de ses troupes au Mali. Opposé au renversement de l’Exécutif sortant par Kati, le président français avait du mal à cacher ses envies de rupture.

Aussi, le chef de l’Etat de l’Hexagone trouve une occasion de réduire la présence de son armée dans la zone. Il prône un « changement de modèle », pour « permettre une opération d’appui aux armées des pays qui le souhaitent et la mise en œuvre d’une alliance internationale concentrée sur la lutte contre le terrorisme ».

La porte reste ouverte pour la force Takuba mais surtout la Russie dont le peuple malien réclame mordicus et à visage découvert, la présence militaire.

Au fil des ans , le désaveu de l’ex force Serval a pris forme provoquant une grogne sans précédent des populations et plusieurs acteurs de l’arène politique. Même le célébrissime Salif Keita est allé de ses sorties fracassantes pour désavouer le jeu militaire de la France.

Applaudie à l’époque de la libération du Nord, Serval a provoqué la venue au Mali de l’ancien Président François Hollande qui est resté dans le coeur des Maliens.

Le nouveau gouvernement qui est en gestation situera sur la marche à suivre vu que l’appel du pied du premier ministre malien pour éviter la rupture n’a pas été pris en compte.

LA RÉDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :