INFERTILITÉ DU COUPLE :Les Causes, les Signes et les Conseils du Docteur Djédi KABA

Par définition, un couple est dit infertile, lorsqu’il ne parvient pas obtenir une grossesse malgré des rapports sexuels fréquents et non protégés pendant une période d’au moins 12 mois. Les deux partenaires du couple sont à l’origine de l’infertilité. Les statistiques indiquent que 30% des cas d’infertilité sont d’origine féminine : ménopause précoce, endométriose, obstructions ou lésions des trompes de Fallope, anomalies de l’utérus et du col de l’utérus ou troubles ovulatoires ; 30% d’origine masculine ; 20% d’origine mixte ou combinée ; 10 à 15% de cause inexpliquée.

L’infertilité du couple est devenue un problème de santé publique tant elle implique les deux membres du couple.

Afin d’en savoir plus sur ce problème d’infécondité, nous nous sommes entretenus avec le Docteur Djedy Kaba Diakité, gynécologue et spécialiste en mara chirurgie à la clinique Kabala de Bamako.

MALIKOINFO: Bonjour docteur, et merci de nous recevoir. Alors dites-nous docteur, qu’est-ce que l’infertilité du couple et quand est ce qu’on peut parler de l’infertilité dans un couple ?

Dr. D.K DIAKITE: Actuellement, la définition qui tient c’est l’incapacité ou l’impossibilité pour un couple de concevoir après des rapports réguliers (2 à 3 fois par semaine) pendant un an. Si un couple n’arrive pas à concevoir pendant 12 mois, sans prise de contraceptifs. L’infertilité peut être masculine, elle peut être féminine, elle peut être commune ou inexpliquée. Dans 10 à 15% des cas, elle est inexpliquée. Lorsqu’on n’arrive pas à savoir pourquoi un couple n’arrive pas à procréer après toutes les analyses faites, tous les examens, on appelle cela infertilité inexpliquée ou idiopathique. Les causes peuvent être diverses et variées des deux côtés.

M.I. : Quelles sont les causes de l’infertilité ?

Dr D.K DIAKITE : Les causes peuvent être féminines. Il s’agit là, des causes mécaniques. Par exemple lorsque les trompes sont bouchées, vous savez que la femme a deux trompes, donc certaines femmes à cause des infections peuvent avoir des trompes obstruées. Alors si les trompes sont obstruées, l’ovule de la femme et les spermatozoïdes de l’homme ne peuvent pas se rencontrer, donc l’obstruction tubaire bilatérale peut être une des causes de l’infertilité de la femme. La deuxième cause peut venir d’un problème d’anovulation, parce que chaque mois, la femme ovule, c’est-à-dire qu’elle émet une gamète qui s’appelle l’ovule et qui doit être fécondée par les spermatozoïdes de l’homme. Il y’a certaines femmes chez lesquelles ce mécanisme ne se passe pas, elles ont les menstrues (règles), mais il n’ya pas d’ovulation, c’est ce qu’on appelle anovulation, (et il y’a un traitement pour ça) donc une cause hormonale. Il ya des cas où l’utérus peut avoir des malformations qui peuvent faire que l’embryon n’arrive pas à avoir la place nécessaire. Ce sont des fibromes par exemple qui sont situés au niveau de l’endomètre là où la grossesse doit s’implanter. On a aussi des causes au niveau du col l’utérus où par exemple une glaire qui est insuffisante, au lieu que le glaire aide la migration des spermatozoïdes, ça les empêche de migrer. Et finalement des causes inexpliquées. Ça c’est du côté de la femme. Du côté de l’homme également, il peut y avoir un défaut de production de spermatozoïdes ou même l’absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat chez certains hommes (qu’on appelle l’azoospermie). Alors ce défaut de production peut dépendre d’une insuffisance d’hormones depuis la naissance et il y a certains syndromes où l’homme naît avec cette déficience. Certaines déficiences sont corrigibles, d’autres non. Chez l’homme, l’infertilité peut être liée à des causes infectieuses. Il ya certaines maladies infantiles, lorsqu’elles ne sont pas bien traitées peuvent avoir des conséquences et conduire à des défauts de fabrication de spermatozoïdes. Parmi ces maladies, on peut citer la bilharziose quand on l’a à l’enfance et que c’est mal traitée, elle peut agir au niveau des testicules et détruire des cellules là-bas qui sont nécessaires pour la réception des hormones. L’oreillon aussi est une infection lorsqu’un garçon l’attrape à l’enfance et si c’est mal soignée, ça peut poser des problèmes au niveau des testicules ; alors qu’il y a un vaccin qui existe contre cette infection. Donc j’en profite pour inviter les parents à vacciner les enfants contre cet oreillon chez le garçon qui peut provoquer l’azoospermie chez lui dans sa vie d’adulte. Nous avons également comme cause de l’infertilité chez l’homme, les malformations du sexe qu’on appelle l’hypospadias et qui peuvent être à l’origine du fait que les spermatozoïdes ne sortent pas correctement. Il y’a certaines maladies dont le diabète qui à un stade poussé peut faire qu’au lieu que le sperme sorte lors des rapports sexuels, il va dans l’urine et provoque une éjaculation rétrograde. L’obésité peut être à l’origine de l’insuffisance des spermatozoïdes chez l’homme parce qu’il y a une interférence entre les hormones du diabète et de la fertilité de l’homme. Certains stupéfiants comme la drogue ou la cigarette peuvent altérer l’état de l’ADN des spermatozoïdes

MI : Merci docteur DIAKITÉ pour tous ces éclaircissements. Dites-nous docteur, quels sont les signes qui peuvent alerter ?

Dr D.K DIAKITE : Si une jeune fille a atteint l’âge de la puberté, qu’elle a vu ses premières règles et que ces règles là sont très irrégulières, c’est-à-dire si les menstrues viennent ce mois, elles ne reviennent que 3 ou 4 mois après, ou bien si elle a un cycle court (23 à 24 jours), c’est déjà des signes d’alerte. Donc elle doit consulter pour savoir s’il n’y’a pas un problème hormonal. En dehors de cela, il y’a les caractères sexuels secondaires de la femme : des seins trop petits, la pilosité anormale etc sont des signes qui doivent alerter sur la fertilité de la fille. C’est à peu près la même chose chez les hommes aussi. Un garçon qui naît avec des testicules trop petits voire même pas de testicules parce qu’ils ne descendent pas dans le scrotum, ça peut alerter.

M.I : Quel est le diagnostic que le spécialiste doit-il poser après avoir aperçus tous les signes chez une personne

Dr D.K DIAKITE : Alors le diagnostic est très facile en matière de fertilité. Nous disposons d’ outils performants qui nous permettent de poser le bon diagnostic. Chez l’homme c’est très simple, on lui fait une analyse du sperme. Il fait un rapport sexuel et il s’abstient pendant trois jours et il nous amène le sperme ; nous analysons ce sperme et nous avons les réponses à toutes les questions qu’on se pose. Mais personnellement, moi j’aime coupler cette analyse à un dosage hormonal pour savoir si ses hormones sont en équilibre. Chez la femme, il ya des examens, des prises de sang d’hormones et des échographies qu’il faut faire au moment opportun pour voir si elle est fertile et ceci est couplé par une radiographie des trompes pour voir si les trompes sont perméables. Ceci nous donne l’architecture des organes génitaux de la femme et de l’homme et on peut situer le problème de fertilité et maintenant en fonction du problème, on trouve des solutions.

M.I : Après tout ce protocole, comment se passe la prise en charge ?

Dr D.K DIAKITE : Alors comme je dis toujours, il n’y a pas de recette miracle en matière de fertilité. Si ce sont des problèmes de trompes d’une durée de moins d’un an, on procède à une opération des trompes et le problème peut être résolu. Si c’est problème d’anovulation, nous avons une batterie de médicaments qu’on donne pour provoquer l’ovulation chez la femme. Chez l’homme aussi si c’est une insuffisance de spermatozoïde, nous avons des traitements actuellement pour aider à stimuler cette production là.

M.I. : Avez-vous des conseils pratiques pour un couple qui présente des problèmes d’infertilité ?

Dr D.K DIAKITE : Le premier conseil c’est de toujours voir un spécialiste dans ces cas là et faire toutes les analyses demandées. Le deuxième conseil c’est d’éviter l’automédication. Aussi ; il faut éviter de prendre abusivement les médicaments traditionnels qui peuvent détruire la réserve ovarienne. Eviter les stupéfiants, la cigarette, l’alcool, la drogue qui dénaturent les gamètes de la femme et les spermatozoïdes de l’homme et qui sont également à la base d’avortements spontanés ; éviter les infections en ayant des rapports protégés, éviter des avortements volontaires et se marier tôt pour avoir des enfants tôt car l’âge ovarien recule surtout chez les femmes. Et enfin faire du sport et avoir une alimentation saine et équilibrée.

Propos recueillis par Aïssata TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :