» Je pense qu’il faut mettre en œuvre judicieusement le DNI en apportant des mesures correctives  » estime l’ambassadeur Cheick Sidi Diarra

Dans son allocution à l’occasion du premier Conseil de Cabinet tenu le dimanche 13 juin 2021, le nouveau Premier Ministre a annoncé la tenue prochaine des « Assises Nationales de la Refondation « 

C’est surprenant de vouloir organiser des Assises Nationales de la Refondation en  ce moment précis de notre démarche. Comment peut-on même envisager organiser des assises nationales de la refondation qui feront exactement ce que le DNI a déjà réalisé en décembre.

Organiser de nouvelles assises va nécessiter au moins 6 mois pour aller des communes au niveau national alors qu’il reste moins de 9 mois jusqu’à la fin de la transition. Sans compter que les réformes institutionnelles réclamées à cor et à cri ne pourraient avoir lieu avant  de connaître les résultats d’éventuelles assises, car la finalité même de celles-ci est de faire le diagnostic des causes de la crise multidimensionnelle à laquelle notre pays est confronté et de convenir des réponses les plus adaptées pour une sortie définitive de la crise.

Un autre motif de doute concerne la mobilisation des ressources matérielles et humaines pour organiser ces assises, à un moment où notre demande fétiche est la réduction du train de vie de l’Etat!

Enfin, ultime élément, dans son allocution d’investiture, le colonel président a déclaré que la transition va procéder à une mise en œuvre judicieuse des conclusions du DNI. Que fait-on de cet engagement?

Je pense en effet qu’il serait plus judicieux de simplement mettre en œuvre les conclusions du DNI et d’apporter des mesures correctives, le cas échéant.

J’ai écrit ceci et je l’offre comme contribution au débat.

Cheick Sidi Diarra Ancien secrétaire général adjoint des Nations Unies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :