Quinzaine de l’environnement : Modibo Kone inaugure un nouveau laboratoire d’analyse des eaux usées

 

A l’occasion de la 22ème édition de la quinzaine de l’environnement, le ministre de tutelle aussi en charge de l’Assainissement et du Développement Durable, Modibo Koné, a inauguré, le mardi 15 juin 2021,un laboratoire d’analyse des eaux usées : il a aussi passé en boucle le chantier de la station de boue de vidange.

C’est suite à une diplomatie réussie entre le Mali et le Royaume des Pays-Bas, que le nouveau laboratoire d’analyse des eaux usées a vu le jour. En plus de contrôler la qualité des eaux usées, de mesurer les polluants, vérifier que les rejets des entreprises sont dans les normes acceptées, il a pour mission d’éviter diverses formes de pollution ou l’eutrophisation, et d’optimiser les processus de traitement de la qualité des eaux des rivières, lacs,  mares, ainsi qu’aux nappes phréatiques et aux bassins souterrains.

Moumouni Damango qui représente l’ambassade du royaume des Pays-Bas, a affirmé que sa structure a réalisé de multiples projets au Mali et que cela traduit les bonnes relations qu’entretiennent les deux pays. Ainsi le projet ‘’Djidon’’ avec l’Angesem contribuera à accroître la résilience en gestion intégrée des ressources en eau et que le laboratoire d’analyse sera déterminant afin que l’eau propre soit une source de vie pour la nation.

Modibo Koné, nouveau patron de l’assainissement , a mentionné que les résultats des analyses qui seront effectuées dans le laboratoire permettront de sauver des centaines de vies et de lutter contre les maladies hydriques : ce par quoi commence le que le nouveau Mali.

En compagnie de sa délégation, le ministre a visité le chantier de la station de boue de vidange où les travaux sont bien avancés. Modibo Koné procédera ensuite à la coupure du ruban symbolique du laboratoire d’analyse des eaux usées.

A rappeler que l’Agence Nationale de gestion des Stations d’Epuration du Mali (ANGESEM) a été créée en 2002 et administre la politique d’épuration des eaux usées ainsi que l’exploitation des stations d’épuration.

IDRISSA KEITA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :