TRADITION MARITALE : Le Rituel du « KOUNKOLI » ou la grande ablution de la mariée

:

Le mariage entre l’homme et la femme fait partie des préceptes dictés par les religions. Dans les contrées du monde, sa célébration est organisée de différentes manières selon les pays et les cultures. Les préparatifs peuvent parfois s’étendre sur plusieurs mois et comportent toute une panoplie de rituels auxquels doivent se soumettre les mariés avant le jour J et le jour de l’union maritale.

Au Mali, l’un des rituels imposés surtout à la jeune mariée est l’étape de la chambre prénuptiale appelée « Kônôboli so » en bambara. En effet, lors de cette étape qui se passe trois jours avant le jour du mariage, la future mariée est maintenue dans une chambre pendant 72 heures durant lesquelles elle ne mangera autre nourriture que de la soupe de poulet pendant la journée et de la bouillie de mil ou de riz la nuit. Ces repas sont préparés expressément avec des ingrédients spéciaux qui ont un impact sur la vie future de la jeune mariée dans son foyer selon la tradition.

Cette étape est suivie de celle du « kounkoli » ou la grande ablution en public, par laquelle passent les jeunes mariées. Selon la tradition, ce rituel purifie la jeune femme et la fait passer de la vie de jeune fille célibataire à sa nouvelle vie de femme mariée. D’autres attribuent à ce « kounkoli » une manière de laver les « péchés de l’enfance ». Il constitue donc un lavage purificatif de la femme.

Au petit soir, après les cérémonies civiles et religieuses, vêtue d’un boubou en bazin blanc, tongs neufs au pieds et la tête couverte d’un tissu en coton couleur indigo, la jeune mariée est escortée par la marraine au milieu de la foule et l’aide à s’installer sur un petit tabouret au rythme des chansons religieuses. A côté de la mariée, se tient toujours une vielle dame qui fait office de symbole.

En effet pour cette grande ablution, sont utilisés : une calebasse neuve, de l’eau, une éponge et un morceau de savon. Une femme âgée commence alors le rituel du lavage. Successivement, elle lave avec l’éponge et le savon, les mains, les pieds pour terminer avec le visage.

Un moment touchant lors de ce ce rituel, c’est lorsque les parents (mamans, tantes, sœurs, amies) de la mariée transmettent à travers les griottes tous les bons actes qu’elle a posé depuis son enfance jusqu’à ce stade de sa vie. Une manière de montrer à la belle-famille qu’elle a de la chance d’avoir leur fille comme épouse. Le lavage terminé, la mariée se lève en faisant basculer le tabouret par dernière avec son pied gauche. Comme pour dire « ma vie de célibataire s’arrête ici ». La mariée est ensuite conduite à la chambre nuptiale rejoindre son époux pour une période de noces entre 3 à 7 jours selon les coutumes.

Chez certaines ethnies du Mali, ce même rituel s’applique également aux mariés à la seule différence que ceux-ci sont accompagnés de leurs amis lors du lavage des pieds.

Lorsque l’ablution est finie, l’eau restante dans la calebasse est donnée aux célibataires présentes pour se rincer le visage avec. D’autres prennent l’éponge ou le savon pour se laver avec. Ceci garantirait de trouver un mari dans un proche avenir…

AISSATA TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :