Arcane politique : L’ADP-Maliba au bord de l’implosion ?

Rien ne semble plus aller entre le jeune Cheick Oumar Diallo (COD), secrétaire général de l’ADP-Maliba en Commune V du District de Bamako, et Youba Ba et Abdoulaye Sidibé, respectivement président et secrétaire général du parti ADP-Maliba. La goutte d’eau a fait déborder le vase depuis l’installation d’un autre bureau parallèle, le 15 juin dernier en CV par ces deux responsables. Ces informations ont été données, hier, jeudi 24 juin 2021, au siège de l’ADP-Maliba, en CV de Bamako par COD. Selon lui, ledit bureau parallèle de la section CV du District de Bamako a été installé en violation flagrante des textes et règlements intérieurs du parti ADP-Maliba par Youba Ba, non moins Ministre délégué auprès du ministre du Développement rural, chargé de l’Elevage et de la Pêche dans le gouvernement actuel dirigé par Choguel Kokalla Maïga, et son secrétaire général Abdoulaye Sidibé avec la complicité du secrétaire politique de l’ADP-Maliba, Boubacar Baba Kéita. «Depuis longtemps, Youba Ba et Abdoulaye Sidibé veulent m’abattre, veulent m’éliminer du parti », a laissé entendre Cheick Oumar Diallo.

Le  mode de convocation de cette fameuse « conférence extraordinaire »,  rejette Cheick Oumar,  a été violé par Youba Ba et son secrétaire général. C’est le secrétaire général de  la section,  conformément aux textes, qui est le seul habilité à la convoquer. Parlant des conditions de quorum, ajoute-t-il, seuls 38 délégués  sur  les 104  qui étaient présents ont voté. Cela est peu pour  élire un nouveau  bureau.  Pour  renouveler  le bureau que je dirige, dit le secrétaire général de l’ADP-Maliba, les textes disent  quatre  ans. Et  ils ont  tenu cette « assemblée extraordinaire » alors que le  bureau  que je dirige n’a que  6 mois d’existence. Autre  violation  faite par  les « violeurs » de nos textes est que  c’est au comité exécutif  de l’ADP-Maliba réuni,  de  prononcer  la dissolution  du  bureau. Ce qui n’a pas  été le cas. « C’est  dire qu’une  section  ne peut  pas s’auto-dissoudre», précise Cheick Oumar Diallo. Il a, par ailleurs,  ajouté  qu’aucune  notification  quelconque  ne lui a été adressée dans  ce sens  étant membre  du Comité exécutif  du parti. «Le CE ne s’est jamais réuni  à plus  forte raison dissoudre le bureau de la section de la CV. Et  je n’ai jamais été entendu par quiconque du CE sur le sujet. Youba Ba et Abdoulaye Sidibé ne font que piétiner  les textes  au vu et su de tous, chose que je ne peux accepter  sans  agir, car j’ai adhéré dans ce parti  pour  le respect  des textes, pour  la justice, le respect de droit », clame-t-il. C’est pour cette  raison d’ailleurs, insiste-t-il, que je leur demande de clarifier leur  mode de gestion de  parti  politique. Est-ce  en foulant au pied les textes et règlements du parti ? s’interroge M.Diallo.  Les  appels du président  d’honneur  de l’ADP-Maliba,  Aliou Boubacar Diallo,  aux  respects  des textes sont  restés vains. Je ne m’accroche pas aux postes, dit-il, mais ce sont  des textes et statuts du parti qui nous orientent;  ils sont sacrés  et doivent être respectés par tous les militants pour donner le bon exemple.

Je ne sais pas ce que je fait d’illégal, rappelle COD, aux hommes de média, mais depuis le congrès, Youba Ba et son secrétaire général veulent  m’abattre. Ils sont allés, dit-il, jusqu’à encourager une rébellion au sein même du bureau national des jeunes. Lors des législatives 2020,  ajoute-t-il, ce sont les  mêmes Youba Ba et  Abdoulaye  Sidibé  qui ont tout  mis en œuvre pour empêcher ma candidature. Mais leurs efforts sont restés vains,   car  j’ai remporté  les élections primaires hautes les mains. «Mais ils ont travaillé pour m’écarter de fait des députations», précise Cheick Oumar. Ce n’est pas tout. Lors du renouvellement des bureaux en CV, dit le secrétaire général, j’ai  subi toute  sorte d’agression politique de la part de  Youba Ba et Abdoulaye  Sidibé. Ils avaient  tout fait pour  me faire barrage et de faire annuler la mise en place de la section. Et d’ajouter : « le secrétaire général Abdoulaye Sidibé a une dent contre moi, car il a été terrassé par moi dans sa commune (CIV de Bamako) pour le contrôle de la coordination du District de Bamako. »

Source : LE RÉPUBLICAIN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :