‘’Pour atteinte aux bonnes mœurs’’ : Trois lesbiennes mises au gnouf

Le week-end dernier, le procureur de la commune IV du district de Bamako, Idrissa Touré, a placé  sous mandat de dépôt trois jeunes femmes ‘’pour atteinte aux bonnes mœurs’’. 

Selon les faits,  les trois lesbiennes mises au gnouf  le week-end dernier  sont respectivement les griottes Oumou Diarra et Oumou Kouyaté  et une certaine Hatouma, une malienne résident en France.

Le Procureur de la commune IV  les reproche d’avoir entretenu  des relations  sexuelles  qui portent ‘’atteinte aux bonnes mœurs’’. Dans la loi malienne, les relations entre personne de même sexe sont interdites.

Tout serait partie d’une plainte déposée par la nommée Hatouma. Cette  malienne de France sortait, selon une version largement partagée sur les réseaux sociaux, avec la chanteuse Oumou Diarra  jusqu’à ce qu’elle fait la connaissance  de la seconde Oumou Kouyaté. 

Comme coup de foutre,  la Hatouma a entamé une nouvelle relation amoureuse avec sa nouvelle copine en rompant  avec l’ancienne, Oumou Diarra. Cette dernière animée par la jalousie et par un sentiment de vengeance a, selon toujours certaines indiscrétions, commencé à envoyer sur les réseaux sociaux des messages peu orthodoxes à son ex-copine.

Pour y mettre un terme, la Hatouma, insultée et vilipendée par Oumou Diarra,  profitant de ses vacances à Bamako,  est allée porter plainte contre son ex- copine pour diffamation. Dans cette plainte, cette malienne de la France aurait révélé à la police qu’elle est quotidiennement diffamée  par Oumou Diarra sur  la toile. Elle dit être accusée par elle de pratiquer le trafic d’organe. .

Interpellée par les forces de sécurité, Oumou Diarra, accusée dans cette plainte, aurait  mis à la disposition  des forces de l’ordre des vidéos et des audios  prouvant qu’elle entretenait une relation amoureuse   avec la plaignante Hatouma. Elle aurait également reconnu qu’elle n’a pas  consommé sa rupture avec Hatouma. Et par jalousie, elle a commencé à lui envoyer des messages afin de nuire à  son image.

Saisi par la police par rapport à ce dossier, le procureur  de la commune IV a ordonné l’arrestation des trois 3 femmes  ‘’pour atteinte aux bonnes mœurs’’. L’article 179 du code pénal punit l’exhibition sexuelle d’amendes et de prison. Il est parfois utilisé pour réprimer l’expression en public d’affection entre personnes du même sexe.

Source : MALIWEB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :