MARCHÉS FINANCIERS: La nécessité d’un contenu local inclusif face à la pauvreté.

Dans le but de créer une population financièrement alerte, les institutions du secteur en étroite collaboration avec les organes habilités du gouvernement devraient lancer une stratégie nationale d’éducation financière. 

Cette stratégie aura pour but d’inculquer à la population des concepts de littératie financière de base.  Surtout à encourager un comportement d’épargne active et à stimuler la participation des populations, tous segments confondus, aux marchés financiers. Pour ce faire, les institutions parties prenantes formuleront un contenu d’éducation financière facile à communiquer et assimiler , puis développeront les capacités et le code de conduite des prestataires.  Bien sûr, ce sont ces institutions financières qui ont le plus à gagner d’une population à fort QI financier. 

La nécessité de présenter un tel plan ainsi qu’établir un identifiant unique pour chaque citoyen reste d’ordre impératif pour les pays qui n’en ont pas ; un grand nombre de produits en dépendent encore.  Aussi, des stratégies soutenues d’alphabétisation et de formation andragogue (littératie financière de base et alphabétisation) pourraient davantage freiner le taux de pauvreté qui reste débridé dans les pays sub-sahariens.  Mieux, nous pourrons présenter dans quelques années des statistiques plus encourageantes de compétences financières.  Il y a un besoin pressant d’éduquer les masses sur les finances et l’épargne. 

Cependant, un grand nombre de structures financières comme les institutions de micro finance et initiatives para-gouvernementales montre une certaine amélioration dans la compréhension des concepts financiers par la zone rurale malgré le faible taux de remboursement. 

Cette stratégie nationale d’éducation financière aura une forte impulsion dans l’économie, et changera la donne en créant des compétences financières qui serviront en outre de composant clé dans la construction de l’économie nationale forte.  Ces initiatives du gouvernement et des régulateurs du secteur financier qui vise à bâtir une nation financièrement éduquée et indépendante va certainement changer la donne. Les spécialistes de la finance joueront un rôle important dans la création d’une forte formation de capital intérieur brut, qui est un élément clé du développement économique d’un pays. 

Évidemment, les bases du concept de la banque moderne continuent à évoluer dans le pays et une grande partie de l’épargne se trouve toujours dans le secteur non organisé ou informel. De surcroit, le faible revenu par habitant, les habitudes non bancaires, les inégalités en matière d’éducation, et les emprunts et prêts informels ont dirigés le pays pendant des années. Pour ce faire, il est impératif que l’État optimise désormais ses ressources et renforce son épine dorsale économique et financière.  

Ceux-ci seraient davantage facilités par une littératie financière soutenue et un taux graduellement plus substantif d’adoption et d’utilisation des nouvelles méthodes de paiements électroniques (la monétique).  Il est clair qu’un grand nombre d’initiatives gouvernementales et de quelques institutions financières comme la Banque mondiale, donneront sous peu de temps un nouveau paysage financier à des pays tels que la Guinée dont l’espace CFA ne soupçonne guère certaines avancées de son émergence, plus énergétique avec une grande propension à l’entrepreneuriat.

Abdoulaye Mouké Yansané 
Consultant en Finance Digital /Monnaie Electronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :