Tenue de la 8ème session de formation en droit international pénal, droit international des droits de l’homme et droits des réfugiés

Cette session s’inscrit dans le cadre des programmes annuels de formations conjointes sur le droit international des droits de l’homme, le droit international pénal et le droit des réfugiés, organisées par la Division des Droits de l’Homme et de la Protection de la MINUSMA (DDHP), en partenariat avec l’Institut International des Droits de l’Homme de Strasbourg (IIDH) et la Fondation Friedrich NAUMANN (FNF). Une cinquantaine de personnes venant de différents pays d’Afrique de l’ouest et du centre y ont pris part.

Cette huitième session de formation s’est tenue à l’Ecole de Maintien de la Paix (EMP) Alioune Blondin BÈYE de Bamako, du 14 au 19 juin dernier, en présence des représentants de l’IIDH, de la FNF et de la DDHP. Ils étaient au total 51 participant(e)s dont 14 femmes venant du Burkina Faso, de la Cote d’Ivoire, de la Guinée Bissau, du Mali, du Togo et de la République démocratique du Congo.

Animée par six experts maliens, sénégalais et français, la session était destinée à un public francophone, originaire de la zone sahélo-saharienne, d’Afrique et d’Europe et issu de la famille judiciaire, des organisations de droits de l’homme et des forces de l’ordre ainsi qu’aux officiels gouvernementaux. Elle avait pour objectif d’offrir un accès à un enseignement d’excellence dans le domaine du Droit International des Droits de l’Homme et du Droit International Pénal, et de contribuer à la promotion de ces derniers dans le cadre des institutions nationales des États et de leurs juridictions.

Outre la session inaugurale sur les enjeux et défis de la pénalisation du système africain de protection des droits de l’homme, les participants ont également suivi des cours sur les poursuites devant les juridictions nationales ; les juridictions internationales ; la procédure, la représentation des victimes, les droits de la défense ; le droit international humanitaire ; le système universel de protection des droits de l’homme et la justice transitionnelle. Trois candidats ont décroché la bourse d’étude de l’IIDH à la suite de l’examen de fin de formation tenue le samedi 19 juin 2021.

Promouvoir les droits de l’Homme au Mali

À la clôture des travaux le 29 juin dernier, le Directeur de la DDHP/ MINUSMA et Représentant du Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Guillaume NGEFA, a remercié les participants pour leur assiduité, les responsables académiques pour la qualité de leurs interventions ainsi que les différents partenaires du projet pour la réussite des travaux. Il a également fait l’historique de la session en soulignant qu’elle a débuté en 2014 avec la session principale. « Depuis trois ans, cette session est systématiquement complétée par des sessions parallèles au profit des membres de la Cour Constitutionnelle d’une part, et d’autre part pour les magistrats de la Cour Suprême et les Avocats du barreau » a-t-il ajouté. Il a précisé que conformément à son mandat de promotion et de protection des droits de l’homme au Mali, les activités de renforcement des capacités de la DDHP permettent d’appuyer les efforts du gouvernement pour trouver des réponses aux questions émergentes d’applicabilité du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme au Mali.

Les représentants des organisations partenaires Daouda SECK de la FNF et Elsa ZIMMER de la Fondation Rene Cassin (FRC)/IIDH ont, quant à eux, remercié les participants pour leur assiduité et la qualité des échanges ainsi que le Directeur de la division des Droits de l’Homme et de la Protection, le staff de la MINUSMA, de la FRC et de la FNF, les experts et l’administration de l’EMP pour la qualité de l’organisation et l’esprit de collaboration qui a prévalu pendant cette session.

Source : MINUSMA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :