Banditisme : Fin de règne pour les bourreaux des moto-taxis

Le groupe de bandits faisait régner la terreur dans le milieu des conducteurs de mototaxis. La multiplication des plaintes et la recrudescence du phénomène ont fini par les faire perdre

Il y a quelques jours, les policiers du commissariat du 4ème arrondissement du District de Bamako ont mis hors d’état de nuire un jeune appelé AS. Il s’était spécialisé exclusivement dans le vol et le braquage à main armée. Sa cible était les propriétaires de mototaxis, ces engins à deux roues, qui sillonnent la ville de Bamako. Pour rapidement tiré profit de son infraction, il a noué une relation avec des recéleurs qui ont pignon sur rue dans les marchés noirs de la capitale. AS s’était étroitement lié à ces recéleurs parce que ces derniers n’avaient pas de difficultés à avoir des preneurs pour faire disparaître leurs butins.

Toujours soucieux de faire le maximum de victimes, donc de tirer le plus de profit des attaques qu’il menait à travers la ville, AS avait choisi des quartiers où il commettait ses atrocités aux détriments des potentiels motocyclistes victimes. Ainsi, le malfrat avait choisi de sévir dans les communes de la rive droite du District de Bamako, notamment Magnambougou, Faladié, Baco-Djicoroni, Badalabougou, etc.
Par la suite, cet homme, un trentenaire, a été identifié comme un délinquant notoire en plus du fait qu’il était un sans domicile fixe. Dans la pratique, s’il faut croire nos sources à la police, le jeune homme recule rarement devant ses potentielles victimes. Ce qui implique qu’il n’hésitait pas à faire usage de son arme à feu dès qu’il sentait qu’une de ses victimes voulait tenter de lui créer un obstacle.

Toujours dans le souci de se faire le maximum de victimes, donc de butins, AS avait élaboré une stratégie de vol simple, mais efficace dans la pratique. Lorsqu’il a été interpellé, visiblement sans crainte par les policiers, il est allé jusqu’à vanter ses exploits personnels lors de différentes opérations de braquage qu’il menait çà et là à travers la cité des trois Caïmans.

source : L’ESSOR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :