REJET DU BAC MALIEN PAR LE CAMES: Démenti de l’Institution qui rapelle s’occuper que des diplômes universitaires

Ce samedi matin, un communiqué attribuait un zapping du baccalauréat malien 2021. Information qui a finalement fait le tour des réseaux sociaux avant d’être refutée par le Cames.

Tout est parti du message suivant :  »

Urgent : le Conseil Africain et Malgache pour l’enseignement Supérieur CAMES sort de son silence.

Le Baccalauréat Malien 2021 ne sera pas reconnu à l’étranger, dans les pays membres du CAMES, raisons évoquées les conditions dans lesquelles les autorités de la transition tentent d’organiser ledit examen.

Source : Communiqué ».

Décision unilatérale surprenante pour beaucoup qui n’ont pas hésité à en savoir plus auprès du Conseil qui n’a pas tardé a réagir en ces termes :

《 Depuis ce matin ( NDLR_samedi 14 Août 2021) nous recevons des messages demandant la vérification d’une information qui circule sur les réseaux sociaux prétendant la non reconnaissance du BAC 2021 du Mali par le CAMES.

Cette information est une fake news, dont nous ignorons la motivation de ses auteurs.

Le CAMES n’a jamais émis un tel communiqué. D’ailleurs, la reconnaissance du BAC n’est pas dans les missions du CAMES. Le CAMES évalue et accrédite uniquement les offres de formations du Supérieur (Licence, Master, Doctorat).》

Il s’agissait donc d’une surpercherie pour jeter le discrédit sur l’organe premier qui détermine la validité des diplômes de l’enseignement supérieur en Afrique.

D’autre part,le CAMES ne statue nullement sur les diplômes qui relèvent du pré-universitaire. Ce sont donc les contenus et produits issus de l’arène du campus qui font partie de ses attributions.

Enfin, pareille intox aurait provoqué des brouilles avec le ministère de l’éducation du Mali. Dans un contexte où le département en question est aux prises avec la synergie des syndicats autour du fameux article 39, le soi-disant communiqué du Cames aurait attisé le feu.

Vigilance est donc de mise en cette période d’examens de fin d’année où plusieurs pays du continent tentent de boucler l’année scolaire 2019-2020.

KEITA IDRISSA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :