Travaux publics : Jean Marc Teliano met en garde le gouvernement

Une nouvelle sortie du leader du RDIG secoue l’arène politique guinéenne. L’honorable Teliano a cette fois interpellé ouvertement le Premier Ministre suite aux paroles mielleuses de certains opérateurs des BTP.

Très regardant sur les actions par le gouvernement dont il est aussi comptable des actions, Jean Marc Teliano est sorti du silence. En cause, une audience qui semble être du déjà vu en matière de construction des routes dont il a un amer souvenir.

Voici l’intégralité de sa réaction :

{ C’est avec un sourire en coin que j’ai suivi la nuit du mercredi 18 août dans le journal télévisé de la RTG, une audience du Premier ministre, chef du gouvernement, avec une société allemande de négoces qui propose de réaliser en Guinée, des chantiers routiers aux normes internationales avec seulement 500.000 euros par kilomètre.

J’ai été très amusé par ce folklore qui sent l’arnaque à des kilomètres, mais aussi et surtout, j’ai été très inquiet qu’une telle entreprise ait été reçue et obtenu les oreilles de notre Chef de gouvernement. Inutile de faire savoir que chacun de nous connaît parfaitement ce que coûte un kilomètre de bitume aujourd’hui.

Je suis inquiet puisque j’ai encore à l’esprit une autre entreprise dénommée EBOMAF qui avait réussi, au début de la gouvernance Alpha Condé à se faire octroyer pour des centaines de millions de dollars, le marché de reconstruction de la route Kankan-Kissidougou via Tokounou.

On se rappelle que j’avais vivement réagi à la tribune de la 8ème législature de l’assemblée nationale, en ma qualité de représentant du peuple, lorsque j’ai constaté que non seulement cette société n’avait pas la volonté de réaliser ce projet, mais, plus grave encore, l’entrepreneur avait encaissé des millions de dollars, avant de transférer chez lui au Burkina, tous les équipements de travaux routiers qui étaient sur le terrain à Kankan.

Et cela, au vu et au su de toutes les autorités administratives, judiciaires et les services de défense et de sécurité de notre pays.

C’est pour dire à notre Premier ministre de commencer d’abord par mener des investigations sérieuses et précises autour de cette autre société qui nous promet des merveilles. Tout ce qui brille n’est pas or, dit-on.}

Si le message ne passera nullement inaperçu, il ne saurait toucher dans l’immédiat le PM qui vient de perdre sa fille. C’est donc à la ministre Kadiatou Émilie Diaby de prendre le relais suite aux propos de l’ancien élu de la liste nationale aux commandes du RDIG.

KEITA IDRISSA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :