EBOLA-CÔTE D’IVOIRE : L’OMS DONNE RAISON A CONAKRY AU NOM DE L’ÉTHIQUE SCIENTIFIQUE

Le verdict de l’OMS est caustique et sans appel :  » Il n’existe aucune preuve de la présence du virus Ébola en Côte d’Ivoire, d’après de nouvelles analyses effectuées sous la supervision de l’Institut Pasteur de  (France) par le laboratoire Bio-Mérieux de Lyon qui se sont avérées négatives » précise le communiqué de l’OMS.

Mieux « la patiente (jeune fille guinéenne) n’a pas contracté la maladie à virus Ebola (MVE) et de plus amples analyses sur la cause de sa maladie sont en cours. Plus de 140 contacts ont été listés dans les deux pays. Aucune autre personne n’a présenté des symptômes de la maladie, ni n’a été testée positive à Ebola» martèle l’OMS.

L’institution est allée plus loin en exigeant à la Côte d’Ivoire de faire une déclaration pour «classifier» la patiente guinéenne «comme non-cas de maladie à virus Ebola», ce qui sera fait par le ministre ivoirien de la Santé, Pierre Dimba.

Le communiqué de l’OMS précise que les interventions de l’organisation en Côte d’Ivoire seront dorénavant rétrogradées du niveau de riposte à celui d’état d’alerte concernant la maladie à virus Ébola.Dr Sakoba Keita que les Ivoiriens semblaient regarder de haut, lors de cet épisode qui restera dans les annales de l’histoire medicale ouest africaine, sort grandi de ce bras de fer éthique et scientifique qui semblait prendre des allures de querelles de fiertés patriotiques déplacées côté ivoirien ou plutôt de manque de rigueur scientifique.

Un cinglant revers pour Serge Eholié, l’infectiologue ivoirien du CHU de Treichville, porte-parole du ministère ivoirien de la santé, qui déclarait en substance de manière peremptoire et sans aucune répartie éthique et scientifique que son diagnostic était fiable et qu’il était impossible qu’il se trompe la dessus.

Allant jusqu’à refuser aux experts guinéens déployés en Côte d’Ivoire, pour examiner entre autres la Guineene, soi-disant, qui aurait importé Ébola à Abidjan.Sakoba Keita, serein et intraitable d’expérience, a vu vraiment que les Ivoiriens faisaient fausse route et n’avait plus d’autres choix que de se référer à l’Organisation mondiale de la santé, qui va finalement trancher en faveur de la Guinée.

En conférence de presse mercredi au siège de l’ANSS, Dr Sakoba Keita a plutôt montré de la grandeur humaine en faisant preuve d’une humilité évitant tout triomphalisme : « Nous considérons que c’est la science qui a gagné, parce que cela nous a permis d’apprendre. On va tirer des leçons, pour que ce genre d’incidents ou d’erreurs soient réduits. Nos collègues de la Côte d’Ivoire sont des collaborateurs à moi. Cela fait plus de 20 ans je connais certains parmi eux. On nous invite dans les mêmes fora. Donc, ce n’est pas à partir d’une seule divergence de vues, que nous pouvons briser tous ces liens qu’on a eu à bâtir à travers le temps » a relativisé Sakoba

Source : Guineeconakry.online

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :