Discours du Mali aux Nations-Unies : reaction de la CMA


 » Note de clarification de la CMA sur certains éléments du Discours du Premier Ministre, Chef du Gouvernement de Transition à l’occasion de la 76ème Assemblée Générale des Nations Unies le 25 Septembre 2021.

La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) saisit la mention par le Premier Ministre Choguel K Maiga, dans son discours devant l’AG de l’ONU, de la question spécifique du DDR et de la problématique globale de  mise en œuvre en œuvre de l’Accord pour la Paix et la réconciliation au Mali issu du processus  d’Alger (APR) signé depuis 2015, afin de clarifier ses positions à ce sujet.  

Parlant du concept non conventionnel de « DDR-accéléré », la CMA rappelle qu’il été initialement inventé grâce à la volonté des Mouvements signataires de l’APR à pallier un défis de circonstance, qui en effet consistait à transformer les contingents Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) en embryon de l’Armée Reconstituée, d’où la constitution des Bataillons des Forces Armées Reconstituées (BAT-FAR).

 Selon sa Note explicative en date du 8 Novembre 2019, ce DDR ne devait concerner que 1840 éléments des Mouvements signataires pour la constitution de 3 bataillons à redéployer entièrement dans l’Azawad.

Cependant, la CMA ne s’oppose nullement au principe de DDR qui demeure d’un caractère politique et volontaire mais reste attachée aux engagements inscrits dans la dernière Feuille de Route de la Mise en œuvre de l’APR signée avec les Autorités de Transition le 18 Décembre 2020. Celle-ci n’évoque un DDR-accéléré que pour 450 éléments manquants pour atteindre le chiffre de 1840 convenu.

Les points 10 et 13 de cette Feuille de Route entérinée par la 42ème Session du CSA (Comité de Suivi de l’Accord), 5ème de Haut Niveau ténue le 11 février 2021 à Kidal, prévoyaient respectivement :
–  d’organiser une Rencontre de Niveau décisionnel des parties à l’APR pour  avoir une compréhension commune du concept de « Forces de Défense et de Sécurité Reconstituées », de la question des quotas et de la Chaine de Commandement ;

– de démarrer le processus de DDR Global des Combattants des Mouvements signataires de l’APR et d’Intégration dans les Corps Constitués de l’Etat y compris les Forces Armées de Défense et Sécurité.

La première réunion décisionnelle des parties à l’APR, tenue le 9 Février 2021 à Bamako n’ayant pas permis de trouver un consensus politique final sur les propositions des quotas d’intégration, le CSA de Haut niveau de Kidal ainsi que la 43è session délocalisée à Kayes avaient recommandé sa reprise dans le plus bref délai.

La médiation internationale lors de la 44ème Session du CSA au Quartier Général de la MINUSMA à Bamako s’appuyant sur une Résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies, a rappelé l’importance de la recommandation sur l’atteinte d’une intégration de 3000 ex-combattants.  

La CMA tout en réitérant son adhésion au principe du DDR avait également rappelé que ladite  Résolution recommande également leur redéploiement effectif dans l’Azawad jusqu’ici violé pour les 1840 acquis à travers le DDR-Accéléré.

Consciente de l’évolution sécuritaire, la CMA s’est montrée flexible en proposant l’ouverture des Etats-Majors de l’Armée à des officiers des Mouvements Signataires dans le cadre d’une avancée sur la question de la Chaine de Commandement de l’Armée Nationale Reconstituée. Elle n’a manqué aucune opportunité avec les plus hautes autorités de la Transitions, la MINUSMA et la Médiation Internationale au Mali, pour exposer en toute cohérence et responsabilité sa position.


Elle entend par là, démentir l’idée de s’opposer au principe du DDR encore moins bloquer l’avènement d’une issue consensuelle.Les réformes politiques et institutionnelles, indispensables au renforcement du climat de confiance pour le DDR de manière globale, restent encore des promesses après 6 ans de signature de l’APR.

La CMA appelle les Autorités de Transition à aller enfin au-delà des discours de bonne volonté, à se montrer différentes de celles qui les ont précédées à travers un pragmatisme sur les engagements pris et réitérés. Contrairement à ce qu’a affirmé le Premier Ministre devant l’AG de l’ONU, l’Accord est loin de sa phase de parachèvement. Comme n’a cessé de le démontrer l’Observateur Indépendant sur la mise en œuvre de l’APR, les questions de fond, peinent encore à être entamées.

Concernant le rappel par le Premier Ministre des Résolutions du Conseil de Sécurité sur la MINUSMA et la série de prorogation de son mandat, la CMA tient à rappeler que les mandats depuis Juin 2015 ont eu pour première priorité stratégique l’appui à la Mise en œuvre de l’APR, mainte fois réaffirmée comme seul gage d’une Paix durable au Mali par l’ONU, l’UA, la CEDEAO, l’UE ainsi que tous les pays du champ.

La CMA saisit cette occasion pour exprimer toute sa reconnaissance à la Communauté Internationale, aux Nations Unies pour leurs sacrifices et à l’ensemble des Organisations et Etats engagés pour soutenir le processus de Paix au Mali. 

Kidal, le 26 Septembre 2021 Le Porte-Parole Mohamed Maouloud Ould Ramadane « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :