ADEMA : Le bureau national prêt à écraser celui de la section de Koulikoro

L’Adema se prépare à organiser une conférence extraordinaire ce dimanche 24 juillet à Koulikoro. Des assises controversées sans avoir tenu tenir compte du bureau de section conduit par Mr Aboul Baki Cissé.

Pourtant des dénonciations avaient été faites le samedi 1er avril 2022 pour déballer les manœuvres et immixions du bureau national : finalement la conférence annoncée cedimanche prochain à exclu ceux qui animent le parti à Koulikoro.

Des sources internes de la section indiquent qu’un recours judiciaire a déjà été effectué afin de dénoncer la forfaiture qui aux yeux des textes de la ruche ,n’est nullement indiquée.

LES FAITS

La section de Koulikoro avait fustigé le Comité Exécutif il y a bientôt 4 mois. La formation de l’abeille est secouée depuis lors par des bourdonnements dans le Meguetan.

Une conférence de presse a eu lieu le 1er avril dernier sur le litige pour expliquer les raisons d’un bras de fer longtemps passé sous silence.C’est depuis le bord du fleuve , au siège de la section Adema de Koulikoro que les mises au point furent faites. Mme Cissé Zeinaba Haidara qui était la principale conférencière à mis les pieds dans le miel ademiste.

En cause , l’immixtion flagrante de la coordination régionale sur instruction du comité Exécutif conduit par Marimantchia Diarra.Tout serait parti du renouvellement des instances de base en fin 2021, bien avant le congrès.3 sous-sections ont connu des difficultés avant que consensus soit trouvé pour les renouveller. Seulement, les courriers envoyés pour faire le point et annoncer la conférence de section sont restés sans suite. On était alors sous le mandat de l’ex ministre Tiemoko Sangaré.

Finalement le président de la section Abdul Baki Cissé non moins membre du C.E a pris part au congrès sans avoir pu tenir sa conférence.

L’acharnement du bureau central continuera malgré l’arrivée de l’honorable Marimantchia Diarra à la tête de la ruche. Il maintiendra le blocus et fera savoir que ce sont les élus communaux qui désavouent les travaux de la section: Argumentaire battu en brèche par Mme Cissé qui n’a pas manqué d’indiquer qu’elle même, le secrétaire Général et plusieurs acteurs de la section de Koulikoro sont conseillers municipaux.Ce sera donc le grief d’une contestation des sous sections qui sera avancé par le comité Exécutif qui désignera la coordination régionale pour reprendre le travail fait par la section .

Chose interdite par l’article 42 selon celle qui fut candidate en 2020 du parti à Koulikoro.Des entités parallèles ont vu le jour avec la complicité des secrétaires généraux de Dioila, Kati et même Kolokani où c’est l’adjoint qui mène l’immixtion selon Mme Cissé Zeinaba Haidara. Le secrétaire Général de Banamba sera fustigé par Mme Cissé qui a dénoncé sa mission commandée. Pire, tout ce qui est existant a été mis de côté y compris les instances où siègent la conférencière, le secrétaire Général et tout le staff dirigeant de la section.

Aussi, il nous revient que le bras de fer n’est autre qu’une cabale à l’endroit du secrétaire général qui a mené la lutte du M5 RFP en 2020. Pourtant , plusieurs figures de L’ADEMA dont des caciques de la section de Sikasso ont pris les rues à visage découvert. Mieux , L’ADEMA devait faire liste commune avec le RPM aux députations après avoir piloté la campagne d’IBK en 2018 qui sera réélu au Meguetan. À l’époque, le siège de la section abritait celui des alliés réunis dans l’EPM.

D’ailleurs, la Présidente de la section des femmes de Koulikoro non moins secrétaire à la communication et au NTic du bureau National des femmes a rappellé que c’est sur la base de la représentativité que les titulaires des 2 sièges du Meguetan furent choisis : le RPM et L’ADEMA.

Au final, une déclaration sera lue au nom de toutes les composantes de la section pour désavouer l’ingérence de la coordination régionale et le tripatouillage organisé de président de L’ADEMA qui serait appuyé par un certain  » 100 feu » de son vrai nom Bafing Diarra meneur du groupe de déstabilisation,selon la conférencière.

Cette sortie reste un réel camouflet pour l’ex parti présidentiel qui était au CICB au même moment afin de relater son rôle dans le combat démocratique. Koulikoro entend en découdre et met en garde pour que les textes soient respectés au risque d’ouvrir la foire aux empoignades.

Depuis la médiatisation de cette conférence de presse, plusieurs membres du comité Exécutif auraient tenté de joindre la section, sans suite. Si beaucoup pensaient qu’une délégation du bureau central ferait le pas afin de calmer les tensions au risque de finir au tribunal administratif, loin s’en faut.

Pour l’actuel bureau de section,cette juridiction a été saisie pour confronter les abus de Marimanthia Diarra et son staff.

Le délibéré sera déterminant dans les jours à venir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA


%d blogueurs aiment cette page :